Skip to content

Le 8 mars : Journée d’étude des Doctorants en Littérature de NYU

février 27, 2013

Journée d’études des Doctorants en Littérature de NYU
Vendredi 8 mars 2013 à NYU Paris de 10h à 16h30, en salle 6

• Kathrina LaPorta de 10h à 11h

“Une Petite Armée de Plumes”:
Stratégies rhétoriques, imaginaires littéraires dans la littérature pamphlétaire anti-monarchique de la fin du dixseptième siècle. Entre 1667 et 1713, une armée de plumes s’élève pour combattre la propagande louisquatorzienne. Cosmopolites et érudits, ces pamphlétaires déploient un éventail de procédés rhétoriques et s’approprient les stratégies employées par les écrivains des genres littéraires de l’époque. Ma communication affirmera la primauté des valeurs aesthétiques de la littérature pamphlétaire de la deuxième moitié du dix-septième siècle.

• Ana Conboy de 11h à 12h

Rébellion, révélation et résurrection : la métathéâtralité dans la courte vie du théâtre hagiographique professionnel à Paris, 1630-1650. Comment le discours métathéâtral s’inscrit dans le statut ambigu de l’esthétique théâtrale française des années 1620- 1650. Il s’agit de transposer la métathéâtralité au contexte des querelles qui ont hanté le théâtre du XVIIe siècle et d’établir le lien entre cette métathéâtralité et la métamorphose progressive de conception esthétique dans la société de l’époque, caractérisée par le passage graduel d’une conception que l’on appelle maintenant (et peut-être maladroitement) baroque à une conception classique.

• Maximilien Brad Shrem de 12h à 13h

La Bonne chère est une vraie dame : Les Réveils sensuels de la bibliothèque gourmande. Recherche sur le gourmand sensuel en révélant certains extraits de l’Almanach des Gourmands, dans lesquels Grimod de La Reynière, le premier critique gastronomique, applique les règles de la séduction à la gourmandise.

• Déjeuner de 13h à 14h30

• Iris Brey de 14h30 à 15h30

Christophe Honoré ou le «Non-du Père» dans «Non ma fille tu n’iras pas danser». Alors que Christophe Honoré accède à la paternité dans sa vie privée, il réalise Non ma fille, tu n’iras pas danser, un portrait de mère déchaînée au XXIème siècle. La tension du film se trouve autour du désir assumé du réalisateur de relater la violence quotidienne que les mères subissent, tout en renforçant, malgré lui (?) l’idée que seule une société patriarcale peut fonctionner.

• Virginie Lauret de 15h30 à 16h30

Jacques Rivette : scènes politiques : «Out 1» et «Ne touchez pas à la hache». Comment les périodes historiques qui servent de cadre à Out 1 et Ne touchez pas à la hache contaminent-elles les espaces du film et les trajectoires des personnages, dans un cinéma qu’on ne peut pourtant pas qualifier de «politique» ?

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :